Les fondements de ce carnet de recherche

Qui suis-je?  

Je me nomme Raphaël Bergeron-Gauthier et je suis candidat à la maîtrise en histoire, profil recherche, à l’Université de Sherbrooke. Mon mémoire, qui est supervisé par le professeur Benoît Grenier, porte sur Joseph Drapeau (1752-1810), un seigneur-marchand canadien aux origines modestes qui a su se bâtir une fortune considérable. 

Je me nomme Raphaël Bergeron-Gauthier et je suis présentement candidat à la maîtrise en histoire, profil recherche, à l’Université de Sherbrooke. Mon mémoire, supervisé par le professeur Benoît Grenier, porte sur Joseph Drapeau (1752-1810), un seigneur-marchand canadien aux origines modestes qui a su se bâtir une fortune considérable. 

Description du projet de mémoire

L’objectif de mon mémoire est, d’une part, de rendre compte des stratégies familiales, professionnelles et foncières mises en place par Joseph Drapeau. D’autre part, je désire comprendre les porosités qui ont caractérisé la transition entre deux modes de production économiques au Canada au tournant du XIXe siècle. En diversifiant ses investissements, Drapeau a bénéficié de revenus en provenance de deux modes de production économiques. D’abord, il parvient à se créer un capital considérable avec ses diverses entreprises, dont ses chantiers de construction navale à la Baie-Saint-Paul et à Québec, ses magasins généraux ainsi que ses possessions immobilières, qui s’harmonisent avec le mode de production capitaliste qui est en pleine effervescence à la fin du XVIIIe siècle. Ensuite, il génère du capital par l’entremise de ses nombreuses seigneuries, ou son « ensemble seigneurial », qui sont des institutions d’Ancien Régime et dans lesquelles l’unité de production de base est la paysannerie. Je désire, entre autres, répondre à la question suivante : comment Drapeau est-il parvenu à tirer simultanément profit de ces deux modes de production économiques? Ainsi, il s’agira de mieux cerner le groupe des seigneurs-marchands canadiens dans un Bas-Canada en transition économique tout en montrant la part de l’individu et de la famille dans un parcours d’ascension socioéconomique. 

Pourquoi « Un historien dans la cité? »

Mes intentions dans ce carnet de recherche sont multiples, mais nous pourrions dire qu’elles se divisent en deux pans principaux. En premier lieu, évidemment, cette plateforme me permettra de rendre compte des différentes modalités qui gravitent autour de mes recherches à la maîtrise en histoire. Les articles futurs pourront aussi bien traiter de l’historiographie associée à mes thématiques, de la méthodologie que j’utilise, des concepts que je mobilise, voire des multiples outils qui m’accompagnent et m’aident dans mon cheminement. Ensuite, j’aimerais rédiger des articles qui expliquent les racines historiques de certains phénomènes qui sont omniprésents autour de nous afin d’aider les lecteurs intéressés à mieux saisir les nuances qui les caractérisent. 

À bientôt!

Image: Reiziger bestudeert met behulp van een boek een aardglobe

1 commentaire sur “Les fondements de ce carnet de rechercheAjoutez le votre →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *